Une définition intéressante : Qu’est-ce-que le Syndrome d’Aliénation Parentale ?

Pour introduire cette étude, il me semble essentiel de donner la définition établie par le Docteur Gardner dans les années 1980. Cette appellation ayant été sujette à controverse, je ne m’étendrai pas sur le sujet ; elle reste à prendre avec un certain recul, mais elle me paraît refléter une réalité vécue par de nombreuses familles que j’accompagne.

Gardner décrit le syndrome d’aliénation parentale comme : “ un désordre qui a comme première manifestation une campagne de dénigrement de la part de l’enfant contre un parent, campagne non-justifiée. Cette campagne de dénigrement est elle-même le résultat d’une combinaison d’une part d’une forme de lavage de cerveau plus ou moins subtil opéré par un parent (le parent aliénant) et, d’autre part, de contributions de l’enfant relevant donc de certaines caractéristiques personnelles de cet enfant.”

Prenez contact avec Clio Dupouy pour transformer votre vie 

Message préventif aux détracteurs passionnés

On peut ou non accepter cette définition du “syndrome d’aliénation parentale”. Je prends le temps de la précision, car beaucoup de professionnels de la santé pratiquent avec une jouissance non dissimulée une forme de “masturbation mentale” qui n’est malheureusement pas destinée à être partagée avec le grand public. Oui, chers collègues, nous nous devons d’être précis pour faire évoluer la science et les réflexions, mais nous nous devons de communiquer davantage et dans un langage plus intelligible auprès des non-initiés aux subtilités psychologiques. Ne m’en veuillez pas donc de vouloir démocratiser notre pratique, quitte à y créer parfois quelques raccourcis maladroits. Ce n’est pas en nous divisant dans notre profession que nous aiderons au mieux notre prochain.

Reprenons.
Je rencontre dans ma pratique de plus en plus de parents en détresse face à leur séparation conjugale. L’histoire se finit, c’est un fait, mais elle se finit parfois très mal. Souvent, c’est un des parents qui semble s’acharner sur son ex, et finalement, reste dans sa vie malgré la séparation.

Prenez contact pour transformer votre vie

Que vivent les enfants de la séparation ?

Un couple qui se sépare, c’est toujours une douleur, une épreuve à surmonter, une leçon de vie à retirer.

Mais quand ce couple a eu un ou des enfant(s), les dégâts sont terribles. L’enfant, quel qu’il soit, aime éperdument ses deux parents. La séparation le confronte à une déchirure dramatique, et définit un modèle de l’amour qu’il pensait éternel.

Un enfant veut que ses parents s’aiment toute la vie. Pour lui, ses parents sont LE modèle de l’Amour. Non pas qu’il le choisisse en conscience, mais simplement c’est là le seul modèle qu’il observe au quotidien, encore loin de dresser des comparaisons avec la famille des voisins, des cousins, ou des camarades de classe.

L’enfant qui voit ses parents se séparer, dans la plupart des cas, dissimule la croyance que “c’est de sa faute”. Cette croyance peut être confirmée quand un parent, lors d’une colère, laisse échapper que le couple se portait mieux “avant la conception”. Beaucoup de parents s’expriment avec maladresse (et il n’y a aucun jugement là-dessus, car c’est simplement le signe qu’eux-mêmes n’ont pas reçu les bons mots dans leur enfance), mais certains de ces mots se gravent très profondément dans la mémoire de l’enfant, et construisent en lui une pensée très négative à son sujet. Il pense avoir une très grande responsabilité (et même au-delà, une culpabilité) dans la destruction du couple parental.

Prenez contact avec Clio Dupouy pour transformer votre vie

Le parent qui manipule son enfant


Un enfant reste pris dans un conflit de loyauté, où il essaie de ne pas blesser l’un ou l’autre de ses parents, qui ne s’entendent plus et qui oublient que leur enfant est à ce point balloté, divisé, inquiet.


Quand un des parents a des traits psychopathiques (cf : manipulateur, pervers narcissique), alors il n’hésite pas à utiliser son enfant comme un objet ; Objet qui doit continuer de détruire l’autre, qui doit permettre la “victoire” dans une guerre que l’enfant n’a jamais choisie.


Il est très facile pour un parent manipulateur de créer chez son enfant une émotion de haine envers l’autre parent, même sans raison valable. Souvent sans raison suffisante en tous les cas. Le parent haineux, ou simplement pervers (qui jouit de la souffrance de l’autre sans forcément haïr), transmet ses intentions à son enfant, non pas clairement, mais subtilement, à travers la transmission d’une émotion négative très intense qui serait causée par l’autre parent.


Voici quelques exemples de phrases adressées par un père à son fils durant ses moments de garde alternée :

  • “Ta mère est une idiote finie, qui ne fera rien de bien de sa vie”
  • “Ta mère ne vaut rien, et elle dit du mal de toi quand tu n’es pas là”
  • “Ta mère ne veut pas te garder, c’est pour ça que c’est moi qui prend si bien soin de toi”.
  • ETC


Nul doute que la répétition de ces critiques génère chez l’enfant une dissonance insupportable. Car un parent ne “peut pas inventer des mensonges à son enfant”…pourquoi le ferait-il? L’enfant adhère au discours le plus présent, et il ressent les émotions que ces remarques blessantes font naître en lui.
Sans le savoir, il devient l’instrument de son parent, qui l’utilise pour nuire à son ex, pour détruire son estime personnelle (quand il en reste), pour avorter ses projets de vie ailleurs, autrement, avec quelqu’un d’autre.


Prenez contact avec Clio Dupouy pour transformer votre vie


Le manipulateur aime posséder. Même quand il ne veut plus de son jouet (partenaire) il ne consent pas à le laisser construire son bonheur dans d’autres bras.


J’accompagne une mère depuis quelques mois, qui ne comprend pas ce qui lui arrive. Son fils adolescent a “choisi” de vivre définitivement chez le père, et lorsqu’elle peut le rencontrer lors d’occasions exceptionnelles, elle se trouve face à un enfant qui méprise sa mère, l’insulte, s’emploie à lui montrer tout l’irrespect dont il peut faire preuve. Un enfant pris dans le discours de son père, un enfant confus, perdu, empli de haine irraisonnée, une haine qu’elle n’a pas provoquée. Cette mère connaît une douleur que je ne souhaite à personne. Car elle se soucie de ses enfants et souffre de ne pouvoir être auprès de son fils. Elle comprend que plus elle réagit aux agressions de son ex, qui manipule d’autres personnes de leur environnement (enseignants, médecins, etc), plus il en voudra. L’énergie de ce père ne s’épuise pas, quand elle se vide de stress, de fatigue, et culpabilise à la simple idée de pouvoir refaire sa vie. Elle a très peur. Son ex lui cause une peur incommensurable. Elle subit les pires agressions. Les pires accusations, déclarées par le père mais actées par le fils. “Au nom du Père” pourrait-on dire.

Le parent qui manipule son enfant contre son ex, en vient souvent à répandre des accusations de faits punis par la loi. Comme si l’autre parent devait encore souffrir, encore s’épuiser, encore se justifier (pour ce qu’il n’a pas fait !), éternellement. “Jusqu’à ce que mort s’en suive” dans certains cas extrêmes. L’épuisement psychique = dépression = risque suicidaire accru.


Prenez contact avec Clio Dupouy pour transformer votre vie

Quelles sont les conséquences judiciaires d’un parent qui manipule son enfant? : l’habit fait encore le moine


Accompagner les parents qui vivent des séparations aussi destructrices est un défi quotidien. Car il y a deux versions d’une même histoire. Deux versions, chacune disant sa vérité.


Certes, dans toute relation (de couple, d’amitié, de famille, etc.) on est 2 à interagir. Les responsabilités sont partagées. Il ne s’agit certainement pas ici de poser une victime et un coupable pour les maintenir dans cette position. Mais de prendre une photo à un instant T, où il se trouve en effet une personne avec un comportement de bourreau, et l’autre qui reste pieds et poings liés, pétrifié à ses pieds en attendant le coup de grâce.

L’une des problématiques dans ces affaires de séparation et de garde d’enfants au niveau juridique, c’est le manque de discernement face aux personnalités rencontrées.


Encore une fois, aucun jugement de ma part, simplement un constat généraliste et donc contestable. Les juges, magistrats, avocats, sont spécialistes des lois et ont en charge de les faire respecter. Mais ils ne sont pas formés à la psychologie et ne peuvent donc pas se méfier de toute personne qu’ils rencontrent. Aussi, un parent manipulateur, un pervers narcissique ou personnalité de type psychopathe, est parfaitement adroit pour leurrer son monde. Il est très souvent sociable, charmant, agréable. “Quelqu’un de bien”. A première vue, toujours. Tout le monde se fait “avoir”, y compris les psys.

Quand le manipulateur utilise ses charmes auprès des représentants de la justice, ils tombent, logiquement, dans le panneau. Et vont accorder très facilement plus de crédit à cette personne avec un discours tellement bienveillant sur ses enfants, sur son nouveau partenaire de vie, sur leurs projets d’avenir en famille, qu’à cet autre parent, qui se terre et reste muet ou pique des crises qui le discréditent à coup sûr.

Malheureusement, le manipulateur réussit à convaincre bien des jurés que “l’habit fait toujours le moine”, et que le masque qu’il présente est une réalité.


Dans les coulisses, l’acteur n’est pas forcément l’être sensible qu’il incarne dans son film. C’est juste un personnage qui lui fait gagner des suffrages. Au derrière de la scène, dans l’intimité des échanges privés, les mots, les façons de s’adresser à l’autre, les provocations et les reproches dévastateurs sont la réalité qu’expérimente le parent “soumis”.

Il existe pourtant bien des solutions pour aider la justice à comprendre la globalité de la situation.

Prenez contact ici et bénéficiez d’un appel offert de diagnostic et de conseils


Offre réservée aux personnes qui sont VRAIMENT prêtes à prendre l’initiative pour transformer leur vie et se libérer émotionnellement de leurs fardeaux, croyances limitantes et manque de confiance en soi.

Quelles sont les conséquences sur les enfants victimes de la manipulation d’un de leur parent? : un conflit interne déstructurant et portant une atteinte grave au développement psychologiquement sain

L’enfant qui est instrumentalisé par un de ses parents pour attaquer l’autre ne peut se développer sainement. Il n’y a pas de miracle.
Un enfant est influençable, tout comme un adolescent, malgré les oppositions qu’il met au premier plan.


Quelle que soit la relation entre ses parents, l’enfant qui a vécu leur séparation garde une marque au fond de lui. Quelque chose de très inconfortable, quelque chose qui le rend triste et/ou en colère.

Contre lui, ou contre ses parents, voire contre le monde. Certains en guérissent, mais ceux qui sont les objets manipulés par un parent. Car dans son enfance il va partager l’opinion de son manipulateur, il va penser et ressentir comme lui, voire “à sa place”. Pourquoi? Tout simplement parce qu’il comprend que ce sera la seule façon pour lui d’accéder à l’amour (extrêmement conditionné et persécutant) de ce parent nourri de haine. Si les enfants se laissent happer par le parent manipulateur, c’est qu’ils savent (inconsciemment au départ, soyons clairs), que l’autre parent les aimera lui, inconditionnellement, toujours, malgré les coups durs.

Les enfants se raccrochent toujours à leurs parents, car ils ont vu que l’amour cessait entre 2 personnes qu’ils pensaient unies pour la vie, et leur peur viscérale est de faire face au même désamour à leur égard. Après tout, pourquoi les parents ne cesseraient-ils pas d’aimer leurs enfants? Cela vous paraît absurde, et pourtant c’est parfaitement logique comme peur. Les enfants n’ont pas encore les moyens de comprendre la nature de l’amour porté par leur parent.

La peur du rejet et de l’abandon sont renforcées dans les séparations.


L’enfant “accepte” d’être manipulé, pour garder l’amour des deux parents, quitte à en maltraiter un dans cette guerre qu’il n’a pas choisie. Mais il le fera en subissant les douleurs de la culpabilité (non ressentie par les personnalités psychopathes) et de honte. Plus tard, il prendra conscience de tout ce qui s’est joué dans le noyau familial, un déchirement auquel, malgré lui, il aura participé. Qu’il aura peut-être même amplifié. Imaginez bien ce qui se passe dans la tête d’une personne qui réalise qu’elle a été utilisée, et qu’elle a pu participer à détruire un de ses parents?

Les conséquences de ce jeu puéril et dangereux sont énormes autant à court qu’à long terme. Autant pour le parent discrédité que pour l’enfant qui en est le médiateur.

Sortir de ce jeu d’emprise est un parcours qui est souvent impossible à réaliser seul. Il y a des techniques, des outils, des solutions qui peuvent vous accompagner et vous mener à votre libération face à de telles situations destructrices. Le plus dur est de prendre la décision de SORTIR de ce jeu, et de COMPRENDRE QU ‘IL EST TOUJOURS TEMPS. Oui, vous en êtes capable, oui vous pouvez vous faire entendre, mais il faut commencer à dire pour être entendu.

Pour vous aider dans ces étapes, prenez la décision d’agir et de marquer un premier pas vers la libération et les solutions les plus adaptées à votre existence.

Réservez votre appel Diagnostic et conseils offerts si vous voulez VRAIMENT vivre et non plus survivre et vous battre.

Catégories : Famille